Edito de Fred Sechet

les 30 premiers km d'un marathon

Edito d’octobre : les 30 premiers km d’un marathon

On dit souvent qu’un marathon commence au 30ème km, c’est faux et ce sera le sujet de cet édito d’octobre, les 30 premiers km d’un marathon…

Vous faites votre premier marathon, c’est bien, vous êtes inconscient,

Vous faites votre deuxième marathon, là, vous êtes courageux,

Vous dépassez les 10 marathons, on ne peut plus rien pour vous, vous souffrez de marathonite…

Dans tous les cas, vous vous reconnaitrez dans ce qui suit….

 PK0 :

Au départ, il y a toujours des concurrents qui se pointent avec un pack d’eau. Une bouteille de 2 l dans chaque main et c’est parti. Après tout, « Jogging Municipal » conseille de bien boire avant un marathon. Sauf que quand on dit bien boire, c’est les 3 ou 4 jours avant une épreuve mais pas le jour même ! Vous verrez pourquoi…

T’es un peu tendu, t’as la boule au ventre au départ, « suis-je bien entraîné ? Ai-je fais assez d’entraînements ? » No stress, on se pose tous ces questions ! Et si tu te les poses, c’est bon signe, c’est que t’es prêt.

Sur marathon, l’échauffement sera intense. Il consiste à s’assoir sur un petit muret en attendant l’ouverture des sas. L’échauffement dure généralement 25km sur marathon, donc t’as le temps, tu commences le mode économique avant le départ. Si tu vois des fous furieux multiplier les allers retours sous ton nez, c’est soit des kényans, soit des charlots. Si ils ont une artillerie de gels sur eux, c’est plutôt la 2ème catégorie !

Il faut savoir que le plus gros sas sur marathon n’est pas celui des 3h-3h30, non, le sas le plus important est celui qui est devant «le» chiotte prévu par l’organisation.

Enfin, l’ouverture des sas. La 1er fois tu te places au bord du sas, un peu timide. Tu passes plusieurs dizaine de minutes à te prendre des survêts crado et des ponchos sur la tronche. Tu le fais une fois pas deux ! Les habitués ont prévu les bouteilles à col large parce que 42km avec une bouteille coincé entre les jambes, on va forcément moins vite ! Tu apprendras que les bouteilles jaunes au sol ne sont pas des boissons énergétiques en tout cas pas de 1er filtration !

Tu as toujours un ancien avec le short et le T shirt de la même époque qui se recouvre de vaseline de la tête au pied pour éviter les frottements. T’as jamais su où il mettait son tube une fois fini son badigeonnage. T’as juste envie de lui dire qu’on a fait des progrès en 40 ans sur la qualité des textiles…

Tu décides de mettre ta montre en marche en même temps que tes petits camarades sauf que toi tu as la montre historique, celle avec le GPS de 1er génération, celle qui met 10 plombes à s’allumer. Alors que les autres ont leur montre prêt à fonctionner, toi tu as « recherche satellite ». Tu regardes en l’air, pourtant y a pas de nuage. Tu as, alors, un reflexe digne d’un mec qui vient de construire la fusée Ariane… tu lèves le bras, comme si le fait de raccourcir la distance d’un bras entre ta montre et le satellite faciliterait le captage ! Les coureurs les plus atteints essayent d’éviter les nuages en balayant leur bras en l’air. Bon après 5min qui te semble une éternité, ta montre t’indique qu’elle a trouvé le satellite. T’es heureux comme si tu avais finis le marathon ! Tu partages ta joie auprès de tes camarades « regarde j’ai le satellite ! ». Au passage, tu notes que tu es en super forme, ton cardio indique 60 pul/min. Tu ne le sais pas mais c’est la fréquence cardiaque de ton voisin, à force de balancer ta montre dans tous les sens…

Le speaker fait chauffer l’ambiance mais toi t’es déjà dans ta course. L’élu ou la célébrité locale donne le coup de feu, c’est parti. « Bonne course les copains ». Tu mets ton chrono en marche et si t’as du bol, il n’a pas perdu le satellite…

 PK5 :

Il faut savoir qu’un marathon cela commence toujours par un steeple. Il faut éviter les ponchos, les survêts, les bouteilles, les gels et surtout le mec qui refait son lacet ! Je dis que le double nœud cela devrait être OBLIGATOIRE sur marathon, comme le casque sur un vélo, question de sécurité.

Sur ton 1er marathon, tu fais coucou à la caméra. Sur les marathons suivants tu gardes ton influx. Ensuite, tu cherches le meneur d’allure, si c’est ton 1er marathon tu penses que la perte de 10 secondes au départ, c’est trop précieux, tu slalomes entre les concurrents. Si c’est ton 10ème marathon, t’es plus à 1 minutes tu sais de toute façon que personne ne se souviendra de ton temps toi le premier et qu’un marathon cela commence au 30ème !

 PK10 :

C’est le 1er ravitaillement, tout le monde cherche à attraper la 1er bouteille de la 1ere table, j’ai jamais compris pourquoi tout le monde s’agglutine sur cette bouteille. Toi, t’as de l’expérience tu sais qu’il faut avancer sur le ravitaillement. Tu tombes sur le bénévole, le papy qu’on a sorti de la maison de retraite pour l’occasion, qui te dit tout tremblant « bouteille d’eau ? » tu attrapes la bouteille au vol sauf que ce couillon te donne une bouteille de « power tord boyaux » et impossible de faire demi tour avec le flot de coureurs. Si t’as du métier tu balances sans y toucher, si t’as moins de métier tu tentes de boire et t’es pris de contractions abdominales violentes 300m plus loin. Il faut savoir que les boissons énergétiques « offertes » sont par définition, celles qui cherchent à se faire de la pub, tu comprends alors pourquoi elles ne se vendent pas.

Au prochain ravito, tu feras comme tout le monde, t’essayeras de chopper la 1er bouteille de la 1er table, histoire de pouvoir anticiper en cas de problème. Après c’est chacun sa technique, certains prennent des gels, perso je fais la technique du hamster, un sucre dans chaque bajoue et de l’eau pour laisser fondre. A mon niveau, on marche un peu, le fameux repos articulaire.

 PK21 :

T’es content, tu accroches le meneur d’allure. Ça va un peu vite mais bon tu fais confiance au meneur d’allure de « chauchau », c’est un mec expérimenté après tout. D’ailleurs t’es super bien, c’est un signe. Tu passes au semi 3min plus rapide que ton temps de passage mais pas d’inquiétude, le meneur d’allure t’explique que tu les auras à l’arrivée… Tu penses qu’il te conduit sur l’autoroute du paradis, tu ne le sais pas encore mais tu viens de prendre la bretelle d’autoroute qui conduit aux enfers !!

 PK25 :

Tu arrives dans une zone où les buissons sur le bord de la route sont couverts d’urine, pas de doute tu approches du 25ème km. Tu te rappelles alors des concurrents qui s’envoyaient des packs d’eau dans le gosier au départ, bah c’est ça ! Certaines mamies de la maison de retraite qui ont l’habitude du parcours en profite pour sortir leurs géraniums. Il paraît qu’ils ressortent de toutes les couleurs !!!

Tu vois les premiers marcheurs, toujours des hommes !

 PK28 :

Il commence à se passer un truc là, non ? Tu regardes ta montre avant l’auto laps, les kilomètres commencent à te sembler longs. C’est généralement le 1er signe de fatigue. Si ces signes de fatigue arrivent avant le PK28, t’es mal barré…. Pour ceux qui connaissent la musique, ils savent que le combat est proche….

 PK30 :

Je ne vais pas non plus tout vous raconter, je vous laisse découvrir. Après tout un marathon commence au 30ème km….

 Frédéric, marathonien de bas niveau.