alt
Hors Stade 2015

Marathon du Beaujolais

Semi du Beaujolais
 
Après les événements tragiques de Paris «  Vive la France »  était le slogan de ce semi: maquillés ou déguisés aux 3 couleurs de la République , clamant la marseillaise, libérant des colombes de la paix, brandissant le drapeau tricolore ou dégustant un cru  gaulois,  les coureurs étaient bien vivants, joyeux et fiers de leur pays !! 
Quant au tricolores du Scab sur cette épreuve : - les 2 mâles ont couru main dans la main et ont su rester sobres … enfin uniquement jusqu’au soir 
- tandis que Haudrey (déguisée en martienne venue sur terre pour lutter contre les terroristes) a gardé sa réputation de pro de la gamelle  et a goûté… au sol de ce fameux terroir mais heureusement sans les dents cette fois !!!  
 
20,8 KM , Arnas-Villefranche/Saône, le 21/11/2015
Nom Cat. Scratch Class. cat. Temps Moy.
COUPOUX Christain V2M 228/4091 32 1h33'32" 13,34
PINCHEMEL Franck
V2M 229 33 1h33'33" 13,34
ASSIER Haudrey
V2F 633 8 1h42'06" 12,22

 

Marathon du Beaujolais :

 Nous entamons ce Week End marathon par la traditionnelle Pasta Party. Des pâtes et du Beaujolais au programme de la soirée. Nous étions suffisamment bourrés pour ne pas nous rendre compte que le chanteur chantait faux. En tout cas, il montait suffisamment mal dans les aigues pour m’avoir fait sauter un plombage !

C’est affublé d’un costume de pirate que je suis parti à l’abordage des 42km195. Départ matinale pour rejoindre la navette au parc des Expositions et c’est au chant de « Chauffeur si t’es champion, ralenti dans les ronds points ! » que nous gagnons le gymnase de départ dans la ville de Fleury. 42bornes, même en bus c’est long….

Pk0 : 2500 concurrents au départ. Des conditions idéales de course, un temps frais (7°C), une légère pluie (des cordes) et une légère brise (rafale à 40km/h) pour nous rafraichir. Bon, nous attendons jusqu’à la dernière minute dans le gymnase pour rejoindre la « vigne » de départ. Je me place à l’arrière du peloton, entre une blanche neige qui cherche son nain, des hawaïens et un pack de bière, 6 gars déguisés en bière dans un chariot. Minute de silence, Marseillaise et lâcher de colombes et c’est parti.

Pk1 : Dans la descente, un fauteuil roulant double tout le monde à tombeau ouvert : « j’ai pas de frein ! » dans un éclat de rire générale. J’ai bien failli me faire shooter dès le départ.

Pk4 : Dans Jogging International spécial Marathon, il conseille de s’arrêter à tous les ravitaillements, c’est donc ce que j’ai fait ! Le 1er ravito, ce n’est que de l’eau, l’arnaque. Heureusement, on va se rattraper après…

Pk5 : Pour limiter au max mes efforts, je décide de suivre la ligne bleue, trajectoire idéale sur marathon. Le problème est qu’elle part à droite, à gauche… Je me dis que le traceur devait être bien bourré.

Pk6 : Un vin chaud qui me fait le plus grand bien.

Pk8 : Je double un schtroumpf décoloré par la pluie et perd la trajectoire idéale de ce marathon.

Pk10 : 1er gros ravitaillement qui nous fait passer dans les caves d’un château. Nous courrons tout simplement au milieu des tonneaux au son de la fanfare. Ravitaillement, fromage, charcuterie et Beaujolais. Ça glisse pas mal en ce début de marathon surtout dans les cours des châteaux et dans les vignes, c’est du trail !

Pk21 : passage au semi impeccable en 2h12 et des « raisins ». Un bénévole me « presse » quand même un peu « Dépêches toi, t’es dans les derniers ! ». C’est reparti avec un gobelet de Beaujolais à la main. Le temps s’améliore au fil des kilomètres et là c’est vraiment agréable. On passe dans les châteaux, je veux dire à l’intérieur des châteaux de la région, pas vraiment plat mais on s’en fou.

Pk25 : Un stand, pardon un ravito spécial Bonbons. Je jette mon dévolu sur des crocodiles gélatinés.

Pk28 : Avec la fatigue, je dois quand même anticiper de plus en plus l’entrée des virages.

Pk30 : Le mur ? Quel mur, je suis super bien. Pour être sûr de finir, j’arrête le Beaujolais et revient à un ravitaillement plus classique : eau et sucre. Pas de boisson énergétique, il faut éviter les mélanges.

Pk32 : Ravitaillement et le traditionnel encouragement du bénévole expert en course à pied « courage, c’est bientôt fini ! »

Pk33 : Je prends conscience qu’il existe un décalage entre la prise du dernier gobelet de Beaujolais et son effet sur l’organisme…

Pk36 : La fameuse côte avec des bénévoles biens sympathiques « plus que 200m » sauf que tous les 200m t’as un bénévole qui te dit la même chose. Au final, une côte de près de 3km !

Pk38 : Rassuré physiquement, je passe en mode coureur (4min30/km) et franchit la « vigne » d’arrivée. Couverture de survie, médaille et bouteille de Beaujolais en récompense.

Temps officiel : 4h08min16

Temps réel : 2h02min56 (mais ma puce à pris la flotte, je suis dégouté)

Classement : J’attends le contrôle anti-dopage des 968 personnes devant moi mais normalement je gagne.

Plus qu’un défit sportif, ce marathon fut un défit médical. J’ai mal partout sauf au genou !

Je finis le WE en les humiliant au Scrabble sans me servir de mes jokers…

Remerciements : Aux bénévoles, à mes partenaires du WE, à Laura (10km) et Haudrey (semi) qui m’ont permis de monter progressivement les distances sans me faire mal.

3 semaines de repos et je vous retrouve sur la piste,

Avec toute cette potion magique, on part défoncer César à Rome au mois d’Avril 2016,

En hommage aux victimes et blessés des attentats,

Fred, Finisher de rien du tout !

 alt