Trail 2017

Trail des crêtes du Chablais

Mon premier Trail en montagne : Le trail des crêtes du Chablais du 18 juin 2017.

C’est décidé, suite à une proposition d’une amie (en tout bien tout honneur) et de sa famille, de me joindre à eux pour participer à cette course, je me lance. Direction Châtel et la vallée d’Abondance…

18km avec 1200m de dénivelé positif. Ma préparation spécifique aux dénivelés se limite à une seule séance, six jours avant la course, avec 300 m de D+. Autant dire quasi nulle. Je compte donc sur la prépa faite sur piste au SCAB pour tenir le choc.

Réveil, petit dej’, échauffements, et c’est parti, le départ est donné. Une première boucle de 800m sur route dans le village de Châtel histoire d’étirer un peu le peloton, et c’est parti pour les chemins et sentiers. Les plus gros dénivelés sont principalement situés dans la première moitié de la course, avec de forts pourcentages. J’alterne les moments de courses et les moments de marche, histoire de ne pas me mettre dans le rouge trop vite. Le fils de la famille avec qui j’ai pris le départ, me prends quelques mètres puis quelques hectomètres. Dans le but de gérer mon effort je préfère ne pas m’accrocher, et ceci s’avèrera être une sage décision. Les petites décentes qui entrecoupent les longues montées m’inquiètent. En effet, je sens après à peine 3-4 km que les ampoules sous les pieds apparaissent et la douleur se ressent dès que le terrain descend. (Je n’ai eu l’occasion de tester mes chaussures de trail que 2 fois avant la course, et sur du « presque » plat)

Les kilomètres d’ascension et les ravitaillements s’enchainent. Je suis en retard sur le chrono que je m’étais fixé, (2h20) mais je prends du plaisir… les paysages sont magnifiques (Lac Léman, mont Blanc, vallée d’abondance,…), et avec l’altitude, les températures sont supportables. Les quelques kilomètres de chemins très étroits bordés de falaises abruptes obligent une concentration maximale. Puis le dernier tiers de la course approche : La descente. J’avoue que pour moi c’est l’inconnu. En randonnée je connais, mais en course…

La descente commence, et dès les premières enjambées mes pieds me font souffrir, et j’hésite entre tout lâcher ou me freiner. Petit à petit je prends confiance en moi dans la descente, mais les muscles deviennent durs. Puis je croise des amis venus m’encourager ce qui me donne le sourire et du courage. Les derniers kilomètres s’enchaînent très rapidement, je remonte quelques trailers, puis je me trompe de chemin… Je suis rappelé de justesse par un des coureurs que je venais de doubler, puis je repars dans ma descente. Les sentiers sont étroits et la pente est raide, la concentration est de mise… puis la ligne d’arrivée apparait après quelques centaines de mètres dans le village de Châtel. Résultat 2h27 et une 120ème place sur 600.

Un effort qui m’était inconnu, mais qui m’a beaucoup plu, une superbe ambiance tout au long du parcours, une arrivée avec beaucoup d’encouragements, tout ça me ferait presque oublier mes pieds en sang. Bref, croisons les doigts pour que la météo soit la même l’année prochaine pour y retourner ! Avis aux amateurs !

Antoine François