Edito de Fred Sechet

Les marathons de Printemps

Carnet de voyage : Les marathons de Printemps Français

 Vous souhaitez faire un marathon au Printemps prochain et vous n’avez pas encore choisi….

Pour cet édito du mois de décembre, je vous propose un carnet de voyage des marathons de Printemps Français auxquels j’ai participé.

Le Marathon de Paris :

 Description : C’est le marathon de la capitale. Il permet de visiter Paris en courant… et sans voiture. C’est un marathon de « masse », vous ne serez donc jamais seul. Il présente également l’avantage d’être à domicile, le RER étant gratuit ce jour là. Un parcours d’Ouest en Est jusqu’au bois de Vincennes et d’Est en Ouest jusqu’au bois de Boulogne. Le passage sur les quais dans les tunnels est vraiment sympa, on entend le résonnement des pas des coureurs ! C’est un marathon très populaire ce qui rend l’inscription aujourd’hui difficile, il faut s’y prendre longtemps à l’avance et maintenant c’est même sur loterie… Un marathon qui a également son prix.

Anecdote : c’est l’un de mes premiers marathon, j’avais pour l’occasion mis des chaussures neuves (et sans doute inadaptées) et j’ai fini l’épreuve les pieds en sang. Nous avions eu une très forte chaleur cette année là et je n’avais tout simplement pas reconnu Franck à l’arrivée habillé de la doudoune officielle du MDP, c’est dire dans quel état j’ai fini !

A faire au moins une fois pour tous marathoniens.

 Le marathon de Sénart :

 Description : c’est l’antipode du marathon de Paris. Un tout petit prix, une inscription possible à la dernière minute. Il y a très peu de monde, il y a de forte chance de courir seul sauf si vous êtes autour des donneurs d’allure. Un parcours entre champs et zones industrielles. Je garde le souvenir d’une descente sur le dernier kilomètre qui fait terriblement mal aux cuisses car il faut se freiner pour ne pas se laisser embarquer… c’est également l’une des plus jolies médailles que j’ai eu à l’arrivée d’un marathon.

Anecdote : c’était pour moi l’occasion d’accompagner nos féminines qualifiées pour les championnats de France du marathon. On gardera sous silence leurs résultats… L’important n’est-il pas de participer ?

Pour les plus mordus du marathon. 

Le marathon du Mont Saint Michel :

 Description : Un marathon qui démarre dans la ville de Cancale et qui longe les bords de mer jusqu’au Mont Saint Michel. Le parcours a malheureusement changé puisque nous avons eu la chance de faire la dernière édition ou l’arrivée était donnée au pied de l’édifice (voir la photo dans la rubrique Hors Stade). On peut penser que c’est un marathon facile car plat, c’est une grave erreur. D’abord les conditions météo sont très aléatoires. Nous avions eu un  vent de face apparu dès la sortie de Cancale, soit au bout de 400m de course ! Quand tu te tapes 42km avec un vent de face à décorner les bœufs t’es rincé… Et ensuite psychologiquement, on voit l’arrivée pratiquement dès le départ. Quand tu vois une ligne droite de 42km, moralement c’est rude.

Anecdote : C’est un marathon que j’ai fais avec Laurent, Morgan et Thierry. Un logement au pied du départ. Je l’ai fais sans aucune préparation puisque j’avais contracté une fracture de fatigue. Thierry a récupéré une photo où je suis au sol, un bénévole me tirant la jambe pour soulager une crampe, ce qui l’avait bien fait marrer. Mais je ne peux pas dire que j’ai souffert…. Je le répète mais pour moi l’objectif à chaque fois est de finir, marathonien de bas de niveau que je suis.

A faire si vous aimez l’air marin dans la tronche 

Le marathon de la liberté

 Description : Un marathon Normand qui démarre dans la ville de Courseulle sur Mer en bord de mer. On visite les plages du débarquement jusqu’à Ouistreham, passage au semi sur le Pegasus Bridge et ensuite on remonte la plaine de Caen jusqu’au Mémorial. SI vous cherchez à faire un chrono ce n’est pas là qu’il faut venir. En plus de la météo changeante, vent et pluie en bord de mer et/ou fournaise en plaine, le parcours est de plus en plus dur. Le premier semi est plat en bord de mer et le deuxième semi est un faux plat montant…. Si il y a bien un marathon ou le négative split est impossible, c’est à Caen. C’est également le seul marathon à forte connotation historique avec l’arrivée sur la plaine aux oiseaux devant le mémorial. Les références à la seconde guerre mondiale sont nombreuses tout au long du parcours.

Toute la Normandie est en fête sportive ce WE là, en effet un trail est proposé à Aromanches, une cyclo-sportive, la Flèche Normande à Cabourg, également un 10km, un semi et un marathon à Caen et enfin un triathlon M et L à Deauville. Bref de quoi trouver son bonheur !

Anecdote : c’est l’un de mes premiers marathons et c’est ici que j’ai compris qu’il fallait toujours tester son ravitaillement. J’avais pris la boisson de l’organisation ce qui a eu pour effet de me défoncer le bide, c’est de là que j’ai tiré l’expression « boisson tord boyaux ». Le seul marathon à ce jour que j’ai fait 2 fois, la 1ere fois sous une canicule et la de 2ème  fois sous des trombes d’eaux !

A faire pour ceux qui veulent associer sport et mémoire historique.

Le marathon de Nantes

 Description : un marathon dans la ville de Nantes où l’on passe dans tous les quartiers, c’est assez sympa puisqu’on a l’impression d’être toujours dans la ville, je ne sais pas comment ils se sont débrouillés pour réaliser ce tour de force. Le parcours est plat et donc propice à la performance. A noté que j’ai fait le nouveau parcours, l’ancien parcours était apparemment moins bien.

Si il y a des modes en marathon, je dirai que c’est le marathon à la mode, celui qui gagne en nombre d’inscriptions chaque année.

Anecdote : C’est sur ce marathon que je tire l’anecdote du donneur d’allure qui va beaucoup trop vite. En effet, le donneur d’allure avait presque 3min d’avance par rapport au temps indiqué sur son « flambeau » et quand un coureur lui a demandé si cela n’allait pas un peu trop vite, il a rétorqué « ne vous inquiétez pas, on les aura à l’arrivée », vous connaissez la suite…..j’avais décidé de ne pas suivre, contrairement à Morgan… Pour moi c’est à ce jour mon meilleur chrono sur la distance, je visai 3h20 et j’ai fais 3h21mn17’ !

Un marathon pour ceux qui veulent faire un chrono.

Le marathon d’Annecy

 Description : un très joli marathon très peu cité par les marathoniens et les magazines spécialisés. En fait on part à droite du lac sur une bi cyclable, une petite boucle et hop on revient sur Annecy avec le lac sur la droite. Un parcours tout plat également propice au chrono. La ville d’Annecy est vraiment très jolie et on profite de la fraîcheur du lac ce qui rend ce marathon plutôt agréable écrasé entre les montagnes. Le fait que ce soit un aller-retour vous permet de croiser les kényans sans aucune barrière de protection puisque tout le monde est sur la bi cyclable, faut juste bien tenir sa droite ! Pas beaucoup de monde au départ mais cet aller-retour densifie artificiellement le peloton, on ne se sent donc jamais seul.

Anecdote : En voyant les kényans courir d’aussi près, j’ai su que je ne gagnerai jamais un marathon même en ayant Franck comme entraîneur.

Un marathon pour ceux qui veulent faire un chrono également.

Le marathon du Mont Blanc

 Description : c’est l’antipode du marathon d’Annecy. C’est le marathon le plus vallonné de France et pour cause c’est un trail ! Mais il fait la distance mythique de 42km195 alors avant d’être un trail, c’est avant tout un marathon…. Des vues à couper le soufle, de la neige éternelle, des ravitos avec saucissons et tomes de savoie. Une belle journée de course à pied. Pour ceux qui n’ont pas l’habitude, contrairement à ce que l’on pense le plus dure ce n’est pas les côtes, le plus dur c’est les descentes. Il y a une descente de 7km sur ce parcours, purée qu’est ce qu’elle fait mal aux jambes pour les néophytes!!! Il ne faut pas non plus avoir le vertige parce qu’il y a des passages avec un sacré contre bas.

Anecdote : j’en garde un magnifique souvenir puisque c’est mon premier « WE marathon » avec le club, une organisation au petit soin de Jean Luc Ionescu qui nous avait fait, pour nombres d’entre nous, découvrir son amour de la montagne. Dans l’aventure, on a faillit perdre des Scabistes mais finalement tout est rentré dans l’ordre !

Un marathon pour ceux qui veulent découvrir le trail.

Le Tahiti Nui Sunrise marathon

 Description : Un marathon sur l’ile de Moorea dans l’archipel de la Société. Tout le monde embarque dans le Ferry qui relie l’ile de Tahiti à Moorea. Un échauffement sur le pont du bateau! Un départ dans le noir total avant le lever du soleil à 5h30 du mat’ puis une chaleur qui monte qui monte au fil des kilomètres, 35°C. Une incapacité à respirer tellement le degré hydrométrique est élevé. C’est le marathon de Tahiti. On ne va pas se mentir ce n’est pas là que vous ferez un chrono mais bon quand on court au Paradis, on court sans montre. Néanmoins, pour étalonner votre performance, il faut compter 30min de plus par rapport à vos chronos métropolitains. Un parcours splendide le long des plages de sables en direction de Paopao puis Papetoai qui vous ferons emprunter les baies de Cook et d’Opunohu. Une arrivée sur la plage de Temae avec un collier de fleur, une médaille en forme de coquille d’huître nacrée au couleur de la « Poe rava » locale. Des sourires polynésiens tout le long du parcours, que dire de plus. Avant d’être un marathon, c’est avant tout un voyage….

Anecdote : j’ai vécu quelques temps en Polynésie ce qui m’a donné l’occasion de faire cette course mais à l’époque j’étais plus plongeur que coureur… Je me suis donc contenté de faire le Tahiti Sunrise Semi-marathon, mais les conditions de course entre le semi et le marathon sont les mêmes. Aujourd’hui le nom a changé, c’est le Marathon International de Moorea.

Un marathon pour ceux qui veulent voyager.

 Je ferai d’autres carnets de voyage pour vous faire découvrir les autres marathons que j’ai pu faire, les marathons de Printemps étrangers et tous les marathons d’Automne.

 Remerciement à tous les organisateurs et les bénévoles de ces marathons et à tous mes partenaires de ces « WE marathons », je ne cite personne par peur d’en oublier mais ils se reconnaîtront….

 Passez de bonne fêtes et n'oubliez pas de mettre vos Baskets !

 Fred