we de beaune

Lors d’une sortie d’assimilation de course à pied, sur les bords de Marne, à hauteur des stades un lundi midi ...

 

we de beaune... j’entends derrière moi un mec gueuler. En me retournant, je vois qu’il s’agit d’un « habitué du midi ». Il arrive à ma hauteur et le gars me fait franchement rire, il en a après les gens de « bonne résolution ». Il faut dire qu’il a failli se bouffer un VTTiste en pleine face.

Ce mois de janvier est la période des bonnes résolutions. On voit donc déferler un monde incroyable sur les bords de Marne. Cette année, je fais du sport !

A noter que l’on observe le même phénomène en juin, avec les dames qui veulent rentrer dans leur maillot et en septembre, ceux qui font un peu de sport pendant les vacances et espèrent continuer. Les salles de sport en font leurs choux gras….

Les gens de bonnes résolutions sont :

Le « fangio » :

C’est un VTTiste, le nez dans le compteur, la bave à la commissure des lèvres, les yeux exorbités par l’effort. Lui, il est prêt à te foutre en l’air en roulant à contre sens pour doubler. Il ne freine pas, l’idée de perdre 1km/h de moyenne sur 30 sec lui est insupportable ! Tu le retrouves en juillet pendant le tour.

Le « suiveur» :

C’est celui qui cherche à te suivre. D’un coup, tu entends une respiration rauque derrière toi. Un gars prend le pas, il cherche à suivre. Grand seigneur, il participe et prend même un relais, très court le relais, pour enfin s’écarter sur le bas côté les mains sur les genoux… Attention, cela arrive à tout le monde de ne pas suivre, moi le premier. Par contre quelqu’un qui n’a pas l’habitude de courir, se voit tout de suite.

Le « Matuvu » ou « Goldorak » :

Il a des fringues toutes neuves qu'il a eues pour Noël, tout est high tech, généralement il a une petite foulée stylée. Il veut être sûr d’être vu et se place bien au centre de la route et emmerde bien le monde…. Existe aussi en version VTT.

Le « Branché » :

C’est généralement un mec en vélo avec un smart phone à l’oreille. Il zigzague allégrement au fil de sa conversation. Il s’arrête en plein milieu pour répondre à Bobonne. Il n’en a rien à cirer des autres, l’important c’est sa conversation téléphonique. Le « Branché » se fait très souvent doubler par le « fangio ». Si tu as le malheur de te trouver à ce moment là, il faut rabattre les gaules de toute urgence…

 

L’« ancien Champion » :

Tu es en endurance fondamentale et un gars se joint à toi. Le gars t’annonce des temps sur des courses qu’il a faites il y a 15 ans. Il se rappelle plus trop où, quand et comment mais cette année, c’est sûr il s’y remet ! D’ailleurs ses temps sont différents au fur et à mesure qu’il t’accompagne, son record sur marathon s’améliore à chaque évocation !

Le « Charlot » :

C’est un mec qui se porte à ta hauteur et voyant que tu portes le maillot d’un marathon, il t’annonce fièrement qu’il a réalisé 1h50 sur marathon. D’ailleurs, il en est certain, il a fait le marathon de Paris au mois de mars l’année dernière même qu’il a accéléré sur la fin…. au niveau du bois de Vincennes.

Les « Copines » :

C’est un groupe féminin qui s’entend de loin. Pour se motiver, on court entre copines, sauf qu’on prend toute la largeur de la piste cyclable ! Lorsque tu tentes de les doubler en les interpellant : « on se pousse Marguerite », tu te fais traiter de sale macho ! Bah voyons….

Le « Cramé » :

C’est celui qui monte la côte des bords de Marne à pied à côté de son VTT. Il t’oblige à t’écarter et donc à quitter le trottoir. C’est souvent le « fangio » que tu as croisé 1h plus tôt. Le mec ne s’intéresse plus trop à sa moyenne….

Les « Rollers Blade » :

Le pseudo-pro : Une espèce en voie d’extinction, le roller n’étant plus à la mode. C’est un gars qui prend toute la largeur pour bien patiner sans pour autant avancer. Tu le double et hop un bon coup de roller dans la cheville pour fêter la nouvelle année….

Le débutant : Avant d’être pseudo-pro, le « roller blade » est débutant. Il prend de l’assurance, accélère plus que de raison et là pour freiner, fort de sa 3ème étoile de ski acquise durant les vacances de Noël, fait un chasse neige. BANG ! Gaufrage devant toi. Une autre manière de travailler le Steeple….

Le « Rocky » :

IL met un Kway à l’ancienne avec la cagoule pour bien transpirer(!), fait des jams dans le vide tout en courant. Il a un bas de survêt’ avec les chaussettes par dessus pour ne pas laisser passer le froid, et si tu l’observes bien, il a des poids autour des chevilles (j’ai jamais compris l’idée?). Tout cela ne serait pas gênant s’il ne mettait pas de la musique dans les oreilles à fond les ballons, vous savez le gros casque des rappeurs. Résultat, un mec imprévisible qui n’entend rien du tout.

Les « trappeurs » :

Pendant les fêtes, nous sommes inondés par les reportages sur le grand nord, Nicolas Vanier et ses potes. Il y a toujours un groupe au mois de janvier qui veut reconstituer  le « grand » nord sur les bords de Marne. Munis de bâtons, ils marchent très bizarrement en faisant des grands pas comme si ils avaient des raquettes aux pieds avec 30cm de neige (une autre manière de bosser les fentes)… Sauf que là, bah y a pas de neige, donc tu te coltines le bruit strident des bâtons sur le béton, comme quand ton prof de maths cherchait à capter l’attention de la classe avec sa craie. Dans un élan de bien être, le trappeur écarte les bras, les bâtons en V pour prendre un bon bol d’air (au niveau de la bretelle de Nogent bien sûr!) et c’est à toi de te démerder pour éviter de te prendre ses bâtons dans la tronche ! Comment transformer la marche « nordique » en marche « merdique ».

L’écriture de cet édito s’est fait sur l’air des Cowboys Fringuant :

« Y a des paroles en l’air,

Y a bien des silences qui se perdent,

Trop de bruit pour si peu… souvent

Que du vent »

Album : « Que du vent » 2011

Je souhaite à tous une bonne préparation pour vos courses à venir…..

Je suis super content que mon pote d’entraînement depuis maintenant 9 ans, Morgan retourne au combat, ce sera à Nantes ! Tu pourras compter sur moi pour ta prépa!

Fred S